Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée allemande « 27 mai 1918

 

27 mai - 6 juin 1918.   

La troisième bataille de l'Aisne, 

Alors que les deux premières batailles de l'Aisne ont été menées par les forces alliées, principalement françaises, contre l'armée allemande en France, la troisième bataille de l'Aisne, du 27 mai au 6 juin 1918, comprenait la dernière tentative allemande à grande échelle de gagner la guerre avant l'arrivée de l'armée américaine en France, et a suivi l'offensive de la Lys en Flandre. Le centre de l'offensive était la crête du Chemin des Dames, tenue par les Allemands lors de leur retraite de la Marne en septembre 1914 jusqu'à leur éjection, au coût énorme pour les Français, lors de l'offensive de la Nivelle, également connue sous le nom de, deuxième bataille de la Aisne en avril 1917.

 

Erich Ludendorff, bien que subordonné à Paul von Hindenburg au sein du troisième commandement suprême allemand, a effectivement dicté la planification et l'exécution de l'effort de guerre allemand. Il a décidé de reprendre la crête du Chemin des Dames aux Français en lançant une attaque surprise massive et concentrée. Ce faisant, il prévoyait que les Français détourneraient des forces des Flandres vers l'Aisne, le laissant reprendre son offensive plus au nord, où il croyait que la guerre pouvait être gagnée.
Au moment de l'offensive, la ligne de front du Chemin des Dames était tenue par quatre divisions du IX Corps britannique, ironiquement envoyées des Flandres début mai pour récupérer. Le général Duchene, commandant de la sixième armée française, était responsable de la défense continue du secteur, et le lieutenant-général Sir Alexander Hamilton Gordon, commandant du IXe corps, devait se placer sous la direction de Duchene.
Ainsi, lorsque Duchene a décidé d'envoyer les divisions britanniques sur la ligne de front, Hamilton Gordon, bien que réticent à voir ses troupes fatiguées exposées davantage, a été obligé d'envoyer ses hommes en avant. Il recommanda cependant à Duchêne d'adopter une politique de défense en profondeur pour l'éventualité d'une attaque. Duchene n'était pas d'accord, préférant masser des troupes dans les tranchées de première ligne.
L'attaque a été lancée tôt le 27 mai avec un féroce bombardement d'artillerie lourde de 4 000 canons sur un front de 40 km, contre quatre divisions du IX Corps. En raison de la forte concentration de troupes principalement britanniques dans les tranchées de première ligne, les pertes dues au bombardement furent sévères ; Le IX Corps lui-même a été pratiquement anéanti.
Le bombardement s'est accompagné d'une attaque au gaz, conçue pour neutraliser les équipages d'artillerie défensive, après quoi 17 divisions d'infanterie allemande, sous les ordres du prince héritier Wilhem, ont commencé leur avance à travers une brèche de 40 km dans la ligne alliée.
Les forces alliées étant entièrement prises par surprise, la progression rapide des troupes allemandes rappelait la guerre de mouvement plus fluide des premiers mois de la guerre.
Entre Soissons et Reims, les Allemands percèrent huit autres divisions alliées, quatre britanniques, quatre françaises, atteignant l'Aisne en moins de six heures. À la fin du premier jour, les Allemands avaient gagné 15 km de territoire et avaient atteint la Vesle. Le 30 mai, les Allemands avaient réussi à capturer 50 000 soldats alliés et 800 canons, arrivant à moins de 90 km de Paris le 3 juin.
Une fois de plus, une victoire allemande semblait probable. Cependant, comme auparavant, des problèmes de ravitaillement et de réserves et la fatigue des troupes, en plus des contre-attaques alliées prolongées, ont stoppé l'avance allemande sur la Marne. Le 6 juin, l'avance allemande était à bout de souffle.
Les pertes françaises étaient lourdes, avec 98 000 pertes; leurs alliés britanniques ont subi 29 000 pertes. Le général Duchêne est limogé par Pétain, dans un climat de crise à Paris. La propre position de Pétain est menacée, son rôle étant subordonné à celui du nouveau Commandant Suprême des Alliés, Ferdinand Foch Le Chemin des Dames du 7 au 26 mai 1918

Source

 

Sous-menu

⇑ ..
nach oben