Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée britannique

C’est dans le secteur réputé calme au printemps 1918 que les 8e, 21e, et 50e divisions britanniques étaient au repos au moment où, le 27 mai 1918, Ludendorff lança sa quatrième offensive de printemps.

Le 2ème Bataillon du Devonshire Regiment et le 5ème Batterie de la 45ème Brigade de la Royal Field Artillery reçurent la Croix de Guerre pour leur courage et leur dévouement à cette occasion et une croix de granit, érigée par le Devonshire Regiment, se dresse sur le coté de la route principale où le Bataillon fut anéanti.

A la mi-mai 1918, quatre divisions britanniques éprouvées par les combats de mars/avril 1918 dans la Somme et les Flandres viennent au Chemin des Dames dans le secteur entre Craonnelle et Juvincourt. En sous-effectifs, composés de jeunes recrues, ces unités font face à la puissante offensive allemande du 27 mai 1918 dans l’Aisne. En deux jours de combat, ces quatre divisions sont anéanties. C'est la 23e et 24 Divisions qui sont sur le secteur de La Ville aux Bois et Le Bois des Buttes

Malgré le système défensif du Bois des Buttes, il n'a pas résisté à la masse des troupes allemandes. Le capitaine Rogerson nous dresse un descritif du centre de résitance du Bois des Buttes.

Carte des positions britannique

Le capitaine Rogerson du quartier général de la 23e brigade, qui se trouvait également dans le Bois des Buttes, décrit l'étendue de ce réseau défensif souterrain élaboré :

Hormis sa proéminence topographique, le Bois des Buttes était un quartier général idéal. Autour de sa base, des puits profonds menaient à une caserne souterraine régulière, à trente pieds sous le niveau du sol, creusée à l'origine par l'ennemi et améliorée par les Français. Outre les terriers qui courent sous la butte elle-même et qui sont occupés par le personnel du quartier général de la brigade, il y a trois autres séries de tunnels, tous éclairés à l'électricité et suffisamment grands si nécessaire pour cacher trois bataillons, en plus de la collection hétéroclite d'observateurs d'artillerie britanniques et d'électromécaniciens, de canonniers antichars et de mitrailleurs lourds français qui s'y trouvent. En effet, on nous dit qu'un régiment allemand entier s'y trouvait lors de sa prise un an auparavant. Ils avaient depuis été beaucoup agrandis et améliorés, et il y avait deux entrées dans lesquelles passaient des chemins de fer miniatures et suffisamment grandes pour permettre le passage d'un camion de trois tonnes. Le Bois des Buttes était en bref une position défensive d'une grande force potentielle. L'ennui, c'est que son vaste réseau ramifié de tunnels n'a jamais été exploré à moitié ni utilisé au quart.

 https://grandadswar.org/battles/3rd-battle-of-the-aisne/

Sous-menu

nach oben