Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée britannique « 1918 Situation britannique « Battle of the Aisne 1918

Nous reprenons dans cet article un extrait du livre de David BLANCHARD  "Battle of the Aisne 1918"
The Phantom Sector (Bataille de l'Aisne 1918 Le secteur fantôme) Bien que ce livre est  très intéressant, il nous est impossible de vous présenter l'ensemble du chapitre dans cet article.

Une traduction fraçaise du chapitre  est consultable  <<ICI>>

Le bataillon de réserve de la 23e Brigade, le 2e Devons, était stationné dans le Bois des Buttes, un peu au sud-ouest du village de La Ville-aux-Bois, le matin de l'attaque. La position prise ici par le 2e Devons est devenue l'une des actions d'arrière-garde les plus célèbres de la Grande Guerre. Même le nom du commandant, le lieutenant-colonel Rupert Henry Anderson-Morshead, a un parfum de Rorke's Drift. L'histoire officielle rapporte que le 2/Devons, cité dans les ordres de l'armée française, fut décoré de la Croix de guerre et qu'il " avait véritablement justifié la devise du régiment, "Semper fidelis" ". Il a fallu de nombreux bataillons allemands pour la déloger". Un ordre spécial n° 4 du IXe Corps d'armée note :

Le 27 mai, après que l'ennemi ait capturé nos défenses principales et avancées, le Second Devonshire Regiment a maintenu un front ininterrompu jusqu'à une heure tardive du matin. Bien qu'encerclé et attaqué à plusieurs reprises, il a réussi à vaincre toutes les tentatives de l'ennemi d'avancer sur son front... Il ne fait aucun doute que ce bataillon a péri en masse. Il a refusé de se rendre et s'est battu jusqu'au bout.

La veille de l'attaque, le 26 mai, le 2/Devons était en réserve de brigade à Roucy. À 20 heures, le bataillon reçoit l'ordre de se déplacer vers le nord, à travers Pontavert, jusqu'au Bois des Buttes, où il doit former la garnison de la ligne de bataille. Le Bois des Buttes est une petite colline dont les sommets sont constitués de deux petits picots. En dessous s'étendait un labyrinthe de tunnels et de grands abris. Le capitaine Rogerson du quartier général de la 23e brigade, qui se trouvait également dans le Bois des Buttes, décrit l'étendue de ce réseau défensif souterrain élaboré :

Hormis sa proéminence topographique, le Bois des Buttes était un quartier général idéal. Autour de sa base, des puits profonds menaient à une caserne souterraine régulière, à trente pieds sous le niveau du sol, creusée à l'origine par l'ennemi et améliorée par les Français. Outre les terriers qui courent sous la butte elle-même et qui sont occupés par le personnel du quartier général de la brigade, il y a trois autres séries de tunnels, tous éclairés à l'électricité et suffisamment grands si nécessaire pour cacher trois bataillons, en plus de la collection hétéroclite d'observateurs d'artillerie britanniques et d'électromécaniciens, de canonniers antichars et de mitrailleurs lourds français qui s'y trouvent. En effet, on nous dit qu'un régiment allemand entier s'y trouvait lors de sa prise un an auparavant. Ils avaient depuis été beaucoup agrandis et améliorés, et il y avait deux entrées dans lesquelles passaient des chemins de fer miniatures et suffisamment grandes pour permettre le passage d'un camion de trois tonnes. Le Bois des Buttes était en bref une position défensive d'une grande force potentielle. L'ennui, c'est que son vaste réseau ramifié de tunnels n'a jamais été exploré à moitié ni utilisé au quart.

La reconnaissance des positions des abris pour les Devons fut confiée au capitaine Rogerson et au capitaine Philip Ledward - également de l'état-major de la 23e Brigade. Rogerson observe : Les Devons n'avaient jamais vu la position ni été dans les tunnels, et comme ils devaient arriver après la tombée de la nuit, nous n'osions pas imaginer comment ils allaient s'en sortir".

Cependant, les profonds abris et tunnels du Bois des Buttes occupés par le 2/Devons pendant la phase initiale du bombardement leur offraient une bien meilleure protection que les positions avancées occupées par les autres bataillons de la 23e Brigade. Bien que mal à l'aise dans leurs masques à gaz, les Devon restaient à l'abri de la grande quantité d'obus HE et à gaz qui explosaient au-dessus d'eux.

Le quartier général de la 23e brigade est resté en contact avec la 149e brigade de la 50e division, à gauche, et avec la 24e brigade, à droite, pendant le bombardement, mais aucune nouvelle n'a été reçue indiquant que l'ennemi avait attaqué, même à l'aube. En l'espace de dix à quinze minutes, la situation a radicalement changé. Le capitaine Thompson - capitaine d'état-major de la 23e Brigade - depuis son poste d'observation du Bois des Buttes, déclara qu'il avait vu des ballons d'observation allemands s'élever depuis la ligne de front britannique. Deux messages suivent : la 24e brigade signale que l'ennemi remonte le cours d'eau de la Miette, près du quartier général de la brigade, et un communiqué de la 149e brigade informe que " l'ennemi a brisé notre ligne de bataille et avance sur La Ville-aux-Bois ". Rogerson affirme que ces deux messages ont été reçus vers 5 h 30 du matin. Cela a créé un certain degré de panique et de confusion dans le quartier général de la brigade :

Notre position n'était plus une forteresse mais un piège mortel. Il ne nous reste plus qu'à obéir aux ordres et à nous replier de l'autre côté de l'Aisne - une décision à peine prise qu'elle est déjà appliquée. Les hommes enfilent péniblement leur équipement de combat en grimpant les escaliers abrupts... Quelle scène nous attend alors que nous pataugeons dans la lumière du jeune jour ! Tout n'était que ruines, désolation à peine voilée par la brume et la fumée. Le barrage avait commencé à s'alléger un peu, mais il était encore très lourd, et la ligne de l'Aisne crachait du noir là où éclataient de gros obus.

Dans cette bousculade désespérée pour quitter le quartier général de la brigade, il semblerait qu'aucun ordre n'ait été donné au 2/Devons pour qu'il prenne son poste de combat. À l'aube, à 3 h 45, le colonel Anderson-Morshead décide de quitter les abris souterrains et d'occuper les tranchées en surface. Auparavant, sortant de leurs abris vers 4 heures du matin, les Devons avaient été accueillis par une lourde attaque de l'infanterie allemande soutenue par des avions. Trois compagnies prennent position à l'extrémité nord du Bois des Buttes tandis qu'une compagnie est gardée en réserve. Les Devons sont rapidement engagés avec l'ennemi, qui avance en grand nombre. La compagnie D du 2/Middlesex agissant de la même manière fut vaincue. Les Devons se sont battus jusqu'à ce qu'un nombre supérieur de troupes allemandes, qui avaient réussi à avancer à travers une brèche qui s'était ouverte suite à la destruction de la 149e Brigade sur la gauche, soient capables de retourner le flanc et d'envelopper les 2/Devons par l'arrière. En conséquence, trois compagnies des Devons ont été détruites. Le colonel Anderson-Morshead réussit à rallier la compagnie de soutien et à tenir le Bois des Buttes pendant un certain temps, avant qu'il ne soit décidé qu'un repli vers l'Aisne était la seule option possible en raison du nombre écrasant de troupes ennemies qui les attaquaient.

Des comptes rendus plus détaillés et plus dramatiques des combats menés par le 2/Devons au Bois des Buttes sont fournis par l'Histoire régimentaire du Devonshire Regiment, par C T Atkinson, l'Histoire de la 8e Division par Boraston et Bax (chaque volume étant publié en 1926) et un mémoire du 2/Devons en 1918 par Reginald Colwill, Through Hell to Victory : From Passchendaele to Mons with the 2/Devons in 1918 (1927). Colwill a combattu avec les Devons pendant cette période. Tous ces ouvrages soulignent le caractère héroïque de la lutte menée par toutes les compagnies des Devons qui a permis au brigadier général George William St. George Grogan, GOC de la 23e Brigade, d'avoir le temps d'organiser une défense sur les hauteurs au sud de l'Aisne. La version des événements donnée par Atkinson décrit la nature confuse des combats :

Il est difficile d'obtenir des détails exacts sur ce qui s'est passé. Les survivants n'ont emporté que des souvenirs confus et incohérents de l'enfer dans lequel le bataillon a combattu et péri, et il est très difficile de reconstituer l'histoire à partir de preuves fragmentaires et imparfaites.

Cela se reflète dans les incohérences de la documentation sur les événements de la bataille, l'engagement d'autres bataillons, les délais et les pertes subies.

Il semble probable que les combats dans le Bois des Buttes aient dégénéré en un certain nombre d'actions à petite échelle menées par des pelotons ou même par des 

soldats individuels. La nature du terrain - le dédale de tunnels souterrains - et la destruction causée par les bombardements allemands ont contribué à ce que des groupes isolés de soldats résistent désespérément à des forces ennemies supérieures, ou soient forcés de se rendre. Cela semble avoir été le cas des trois compagnies du 2/Devons qui avaient reçu l'ordre de prendre leurs positions à l'extrémité nord du Bois des Buttes. Dans une lettre adressée au général Sir George Bullock (colonel du Devonshire Regiment), le brigadier général Grogan cite un témoin oculaire anonyme qui a vu le régiment, " bien qu'il ne soit qu'une île au milieu d'un ennemi innombrable [...] se battre avec une discipline parfaite et, grâce à la constance de son tir, faucher l'ennemi en grand nombre ".

La dernière action du 2/Devons au matin du 27 mai fut la prise de position du colonel Anderson-Morshead et des restes de la compagnie de réserve. Selon Atkinson, à 9 h 30, le colonel et l'adjudant, avec moins de cinquante hommes de la compagnie de soutien, menèrent une charge en bas de la colline pour attaquer l'artillerie allemande qui remontait la route de Juvincourt. C'est à ce moment-là que le major B W Ellis, le commandant de la 57e batterie de la XLVe brigade, RFA, rejoint les Devon. Son témoignage, donné au quartier général de la 8e division, a fourni les preuves qui ont conduit à l'ordre spécial n° 4 du IXe Corps, et à l'attribution de la Croix de guerre :

À une heure tardive de la matinée, j'ai rejoint, avec ceux de mes hommes qui avaient échappé aux mitrailleuses de l'ennemi et à son effroyable barrage, le commandant du 2e régiment du Devonshire et une poignée d'hommes qui tenaient la dernière tranchée au nord du canal. Ils sont dans une position où ils n'ont aucun espoir de recevoir de l'aide, mais ils se battent avec acharnement. Le commandant lui-même écrivait calmement ses notes alors qu'une grêle d'explosifs tombait autour de lui. Je lui ai parlé et il m'a dit que rien ne pouvait être fait. Il a refusé toutes les offres d'aide de mes artilleurs, qui étaient sains et saufs, et les a envoyés se frayer un chemin s'ils le pouvaient. Son courage magnifique, son attitude intrépide et sa détermination à aller jusqu'au bout ont ému.

Quelque temps après, Anderson-Morshead a été tué. En faisant traverser la route de Juvincourt à un groupe d'hommes pour rejoindre les autres, il fut abattu par une balle de mitrailleuse. Il reste très peu d'hommes et la plupart sont faits prisonniers. Selon WJP Aggett, dans son histoire relativement récente du Régiment du Devonshire :

Ainsi se termina le combat au Bois des Buttes qui commença vers 4 heures du matin et dura jusqu'à un peu après 12h30 le 27 mai 1918, au cours duquel vingt-trois officiers et 528 hommes furent tués ou portés disparus.

Entre cinquante et quatre-vingts hommes parviennent à s'échapper à travers l'Aisne pour former le noyau d'une compagnie qui se prépare à prendre des positions défensives sur les hauteurs sous le commandement du sous-lieutenant Clarke.

Le 5 décembre 1918, la Croix de guerre a été remise au 2/Devons lors d'un défilé de cérémonie par le général de Laguishe. La citation se lit comme suit :

Le 27 mai 1918, au nord de l'Aisne, alors que les tranchées britanniques étaient soumises à de violentes attaques, le 2e Bataillon du Devonshire Regiment repoussa les assauts successifs de l'ennemi avec bravoure et détermination, et maintint un front ininterrompu jusqu'à une heure tardive. Inspirés par le sang-froid de leur courageux commandant, le lieutenant-colonel R H Anderson Morshead, DSO, face à un bombardement intense, les quelques survivants du bataillon, bien qu'isolés et sans espoir d'aide, se sont maintenus dans leurs tranchées au nord de la rivière et ont combattu jusqu'au bout en obéissant sans hésitation aux ordres. L'opiniâtreté de ce bataillon permet d'organiser les défenses au sud de l'Aisne et d'achever leur occupation par des renforts. C'est ainsi que l'ensemble du bataillon - le colonel, vingt-huit officiers et 552 sous-officiers et hommes de troupe - répond d'une seule voix et offre sa vie dans un sacrifice inlassable à la cause sacrée des Alliés.(signé) Berthelot - Général commandant la cinquième armée

 

Le 2/Devons était la seule unité d'infanterie à recevoir un tel honneur pour ses actions du 27 mai.

 

nach oben