Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée française « 1915 « 73e RI

Le 73ème va occuper le secteur « bois des Buttes – bois Franco-Boche – bois de la Mine », dans les derniers jours de 1915 ; il y reste jusqu’au 10 février 1916. le point le plus important est la hauteur boisée du Bois des Buttes, d’où l’ennemi, s’il s’en emparait, aurait des vues étendues sur l’Aisne. Aussi, l’activité de combat se maintient-elle depuis la bataille de la Marne. L’ennemi, après avoir vainement cherché à s’en emparer, se contente de tenir nos observatoires sous ses tirs de gros calibre. Le régiment riposte par des tirs de harcèlement, des concentrations de feux d’engins de tranchée, et enfin par des combats à la grenade. Nos grenadiers s’entraînent dans cette lutte et le combat à la grenade devient pour eux un sport. Quand l’ennemi est trop calme, on le provoque et nous avons presque toujours le dernier mot.
Les sergents Leuliet et Poully, le caporal Merlin, les soldats Martin et Piguet, tous lanceurs d’élite, rivalisent d’ardeur et d’habileté. Le sergent Carlier, de la 10ème compagnie, utilise tous ses loisirs à confectionner des engins meurtriers avec des bouteilles vides, de vieux bidons et autres récipients dans lesquels il verse de la poudre retirée de gros minen non explosés. Au bois des Buttes, des tireurs expérimentés, embusqués derrière des troncs d’arbres, abattent, avec le fusil à lunette, les allemands imprudents qui circulent dans les ruines de la Ville-aux-Bois.
Une publication allemande saisie dans une attaque avouait les lourdes pertes éprouvées en face du 1er corps pendant cette période. Après la relève, le 73ème se rend, avec toute la division, au camp de Ville-en-Tardenois, pour y consacrer quelques semaines à l’instruction intensive. Il est installé depuis quelques jours seulement quand commence l’offensive de Verdun.

Source historique du 73e RI
*

nach oben