Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée britannique « 1918 Situation britannique

 

9th Army Corps : Major général Alexander Gordon Hamilton - poste de commandement à Jonchery sur Vesle
8th Infanterie Division : Major général Henecker - poste de commandement à Roucy
21st Infanterie Division : Major général Campbell - poste de commandement à Chalons le Vergeur
25th Infanterie Division : Major général Bainbridge - poste de commandement à Montigny sur Vesle
50th Infanterie Division : Major général Jackson - poste de commandement à Beaurieux

 

Situation Britannique mai 1918

Situation et positions des Divisions et Régiments Voir la carte La positions de la 8e Division tôt le matin 27 mai 1918.

L'assaut allemand fut stoppé pendant une courte période par la ligne de front ; mais le bombardement avait causé de lourdes pertes, selon les chiffres, et le bataillon a été percé. L'avance ennemie vers la zone de bataille était très rapide, et vers 5 heures du matin, le 2/Middlesex ; l'occupant, a également été submergé. Restait la réserve de brigade, la 2/Devonshire, dans le Bois des Buttes, qui couvre une colline conique au sud-ouest de Ville aux Bois. Ce bataillon avait été abrité dans les tunnels percés à travers la colline, et ; bien que des masques à gaz devaient être portés, il échappa aux lourdes pertes de la première partie du bombardement qu'avaient subi les deux autres bataillons. Aucune nouvelle n'arrivait du front et, comme l'ambiance dans les tunnels était devenue presque insupportable environ. 4 heures du matin, juste à la lumière du jour, le lieutenant-colonel RH Anderson-Morshead a ordonné que les tranchées à la lisière nord du bois des Buttes, à l'arrière de la zone de bataille, soient occupées par trois compagnies, en gardant une compagnie en soutien dans le bois. Les bombardements étaient encore lourds et de nombreuses victimes ont été encourues avant que les tranchées puissent être atteintes. En moins d'une heure, à 5 h 15, le Devonshire était engagé avec l'infanterie ennemie qui avançait en grand nombre. L'artillerie qui aurait pu apporter son appui était déjà hors de combat, et le Devonshire dut compter sur les seules armes d'infanterie, mais une splendide résistance fut faite. Pendant deux ou trois heures, ils tinrent, les restes chargeant même à mesure que l'ennemi se rapprochait. Mais les Allemands étaient en trop grand nombre et, se pressant dans la brèche à gauche entre le bois des Buttes et la butte d'Edmond ; maintenant ouvert en raison de la destruction de la 149e brigade, enveloppa et tourna le flanc gauche.

Entre 7 et 8 heures du matin, les trois compagnies du Devonshire sont débordées, très peu d'hommes s'échappent. Pendant ce temps, le siège et la société d'appui s'accrochent à la colline du Bois des Buttes. Ce n'est que lorsque l'ennemi avait percé les compagnies de front et, sur le flanc gauche, était loin à l'arrière, que le lieutenant-colonel Anderson-Morshead a décidé de se retirer dans des tranchées au sud de la colline et de combattre une action d'arrière-garde en arrière. vers l'Aisne**. Au cours de ces combats, il a été tué. A cette époque, l'ennemi était déjà à Pontavert, et seulement une cinquantaine d'hommes du Devonshire, dont beaucoup blessés, ont regagné l'Aisne......

[ Le bataillon a reçu la Croix de Guerre par les Français. Il avait fallu de nombreux bataillons pour le déloger. La monographie ("Les préparatifs allemands pour l'attaque ") dit que l'ensemble de la 50e division a été retenu. Le 158e Régiment attaque directement le Bois des Buttes. Le 39e régiment attaqua la Butte d'Edmond et fut également arrêté pendant quelque temps par le feu du bois des Buttes, et ne put avancer qu'un bataillon du 53e régiment fut amené entre lui et le 158e. Le flanc gauche de la position du Bois des Buttes est alors tourné.]

Source: La bataille de l'Aisne. 27 mai 1918.

 

Sous-menu

⇑ ..
nach oben