230e REGIMENT D’ARTILLERIE
Vous êtes ici:   Home « Armée française « 1916 « Mars « 230e RA

LE SECTEUR DE LA VILLE-AUX-BOIS


Après avoir passé les mois de décembre et de janvier soit à des travaux de deuxième ligne, soit à des manœuvres et à des tirs d’instruction, l’A. D. 55 avec la 55e division occupe à partir du début de février le secteur de la Ville-aux-Bois.
Les 1er et 3e groupes (groupe Maillard et groupe Gastine) sont en batterie dans le bois de Gernicourt, le groupe Gaudeau dans le bois de Beaumarais, au nord-ouest de Pontavert.
Dans ce secteur, l’artillerie de campagne et l’artillerie de tranchée furent particulièrement actives, exécutant très fréquemment des tirs de destruction sur les organisations des bois qui entourent la Ville-aux-Bois, le bois des Buttes à l’ouest, le bois des Boches à l’est.
Le 10 mars, après une violente préparation d’artillerie, les Allemands attaquent nos tranchées du bois des Buttes. Nos tirs, dont l’observateur est gêné par de fortes rafales de neige, font subir des pertes importantes à l’ennemi, mais ne réussissent pas à l’empêcher de s’emparer du bois des Buttes, dont il ne peut cependant pas déboucher.
Pendant cette journée et celles qui suivirent, les batteries eurent à subir de violents bombardements, en particulier le 2e groupe et la 23e batterie, qui, en quinze jours, reçurent près de 20.000 coups de canon.
La fin de mars et une partie du mois d’avril sont employées à une réorganisation du terrain et à
la préparation d’une offensive dont le double but est de reprendre le bois des Buttes et
d’empêcher l’ennemi de dégarnir le secteur pour envoyer des troupes sur le front de Verdun.
L’attaque est déclenchée le 25 avril, le terrain perdu le 10 mars n’est que partiellement
réoccupé ; mais si le premier but n’est pas atteint le deuxième l’est complètement, et l’ennemi
avouera plus tard avoir grandement souffert des tirs incessants et précis qu’exécutèrent les
neufs batteries de l’A. D. 55 jusqu’à leur départ, le 17 juin 1916.

Source: Historique

nach oben