Les Amis du Bois des Buttes
Vous êtes ici:   Home « Armée française « 1917 « La Prise du Bois des Buttes


Ce bois des Buttes fut, en mars 1916, le théâtre de vifs combats au cours desquels les Allemands l’enlevèrent.
faisait, depuis, saillant dans les lignes françaises ; fortement organisépar les Allemands, auxquels les trois sommets les plus élevés fournissaient d ’excellents observatoires, il était devenu un des piliers de la ligne
ennemie.
Avec ses abris à 20 mètres sous terre, ses galeries souterraines pourvues de voies ferrées, ses blockhaus pour mitrailleuses, ses observatoires bétonnés, c’était une vraie forteresse, entourée d ’épais réseaux de fils de fer, occupée par deux bataillons entiers.
Le 16 avril 1917, il est attaqué par le 31e régiment d’infanterie. A 6 heures du matin, pendant qu’une partie du régiment marchait, du sud au nord, vers les trois sommets du bois, l’autre s’avançait, de l’ouest â l’est, vers le
village de la Ville-aux-Bois, dissimulé aux vues par la forêt.

Carte 16 avril 1917


La première ligne ennemie est franchie d’un seul bond, par surprise, mais, sur la deuxième ligne, la bataille s'engage, tout de suite fort dure :il faut, dans le bois, réduire un à un les blockhaus, assiéger les abris, progresser à la grenade dans les boyaux. Les fantassins du 31e, dom inant l’ennemi, avancent quand même, ramassant de nombreux prisonniers ; un sous-lieutenant et deux hommes attaquent seuls, à la grenade et au revolver, un boyau rempli d ’Allemands et font, à eux trois, 72 prisonniers.
A midi, le bois des B uttes est pris en entier, avec plus de 800 prisonniers.Chassé du bois des B uttes, l’ennemi se replie sur le village de la Ville-aux-Bois, farci de mitrailleuses.
Les assaillants parviennent aux lisières,mais, contre-attaqués, doivent se défendre ; tou t l’après-midi du 16, toute la nuit et toute la journée du 17, on se bat sans répit à la grenade, dans les boyaux ; depart et d ’autre des barrages en sacs de terre ou en fils de fer, on se fusille à bout portant.
Le 17 au soir, le village est peu à peu encerclé. Le 18, à 6 heures du m atin, l’assaut est donné ; à 8 heures, la Ville-aux-Bois est enlevée. Dans la matinée, les assaillants progressent jusqu’à la 'Musette, dépassent la route nationale.
En trois jours, le 31e de ligne a fait aux Bavarois 1.500 prisonniers, dont 2 commandants et 32 officiers, et capturé 50 mitrailleuses, 15 minen, 6 canons et un matériel énorme.

Source  Guide Michelin Chemin des Dames

nach oben